DjamalatiDJAMALATI Ahmed Abdallah
Directeur Technique de la Production

 

L’EDA (Électricité D’Anjouan), est bien une société d’État à caractère commerciale, productrice d’électricité sur l’ile d’Anjouan. Elle assure de plus sa Distribution et sa commercialisation à travers les catégories du peuple y résidant. Le rôle qu’exerce EDA, dans ce secteur de l'énergie relève d’une  importance capitale pour l'économie du pays.

L’état de lieu actuel de la société, en particulier son département de la production nous laisse envisager sans doute à des perspective d’évolution dans un proche avenir et durable.

 

Le site principal de production actuelle opérationnel à Anjouan se situe à mi-chemin entre la ville de Ouani et Patsy. Et plus précisément aux coordonnées géo localisable de :

-12.1616461, 44.431470 correspondant à (12°08’50.6’’S et 44°25’53.3’’E). C’est la centrale  Thermique de Trénani. Elle dispose de six groupes électrogènes à Diesel séparés dans deux hangars différents, les centrale1 et centrale2. Ces derniers totalisent  une capacité installée de 8,2 MW pour une puissance disponible variable d’environ 2,80 à 3,80 MW, selon que l’un ou la plupart de ces générateurs tombent en panne ou marche correctement, soient révisés ou en attente d’être révisé ou que la centrale soie alimenté en permanence en carburant. Toutes ces paramètrent laissent occasionner des délestages perpétuels, (…mais maitrisés et planifiés… voir planning des délestages.) 

La demande en puissance enregistrée à la pointe au près des consommateurs a été de 5Mw, il y a 7 ans.  Actuellement cette demande atteindrait près de 7Mw.

 

EDA  possède également un autre site de production hydroélectrique géo localisable sur la cote ouest de l’ile : -12.255292, 44.418410   correspondant à (12°15’19.1’’S et 44°25’06.3’’E). C’est une microcentrale datant des années coloniales fonctionnant par la force d’une chute de la rivière de Lingoni. Elle a été rénové et réhabilité par EDA en 2005 pour une puissance de  près de375KW, pouvant alimenter trois villes à proximité : Lingoni, Pomoni et Moya. Ce qui pouvait réduire très concrètement la consommation en carburant vis-à-vis du site principale (Trénani).

 

Il est à noter qu’à Anjouan, il y a l’existence de deux autres microcentrales hydroélectriques similaires que celle de Lingoni. L’une géo localisable aux coordonnées : -12.181640, 44.513373  correspondant à (12°10’53.9’’S et 44°30’48.1’’E), Tratrenga Inférieur, en très mauvaise état, exploitée par la communauté villageoise. Et l’autre, sur la même cours de rivière : -12.185734, 44.483555  correspondant  à (12°11’08.6’’S et 44°29’00.8’’E), Tratrenga Supérieur est complètement en ruine.

Dans tous les cas de figure, EDA comme l’État prend conscience des enjeux du secteur de l’énergie, en particulier le sous secteur de l’électricité au pays, et laissent grand place aux Énergies Renouvelables, étant donné que les Comores jouissent de sources d’énergies renouvelables certes, mais pas, voire même très peu exploitées 

 

Ressources Solaires :

 

Au-delà des années 90 des petites micro-entreprises de vente et installation des panneaux photovoltaïques solaires ont commencées à se faire apparaître pour l’installation des panneaux photovoltaïques aux Comores (Netisse Energie, Station Energy Comores, Enercom en Grande Comores, Société de l’énergie Solaire aux Comores à Anjouan…etc.). Selon les données disponibles, on peut noter que le niveau de l'ensoleillement aux Comores est en moyenne de 6 kWh/m2/jour sur toute l’année. Les pointes d’ensoleillement sont constatées d’Aout à Novembre, avec des niveaux d’ensoleillement de plus de 7 kWh/m2/jour mais de seulement 5 kWh/m2/jour de janvier à mars.

 

Ressources Éoliens :

 

Les études faites en 2012 sur un rapport financé par l’Union européenne montrent que les ressources éoliennes du pays sont de niveau moyen, avec une vitesse du vent mesurée à 50 mètres d’altitude d’un peu plus de 5 m/s. La vitesse du vent varie relativement peu sur l’année. On note que le potentiel est légèrement meilleur à Grande Comores qu’à Mohéli. . 

 

Ressources Hydrauliques :

 

L’ile d’Anjouan et l’ile de Mohéli disposent d’un potentiel hydraulique plus important qui n’est malheureusement pas exploité (une tout petite partie de ce potentiel a été exploité dans le passé), mais tombé récemment en désuétude. 

Le potentiel hydroélectrique d’Anjouan a fait l’objet de plusieurs évaluations (études respective de SOGREAH en 1985, de LAVALIN en 1988, et des Volontaires des Nations Unies, Mohan Energy Corporation Pvt. Ltd.). Au regard des différents documents, le potentiel équitable serait comprise entre 5 et 8 MW. Ce qui constitue une capacité appréciable pour une diversification des sources de production de l’électricité dans l’île d’Anjouan.

Mohéli aurait un potentiel plus limité qu’Anjouan, soit environ 838 KW équitable.

Ce potentiel hydro-électrique pourrait largement contribuer à la satisfaction de la demande d’électricité actuelle des deux îles dans l’optique de la transition énergétique prônée par le Gouvernement de l’Union. Il conviendrait donc d’actualiser sa connaissance et l’insérer dans une prévision de l’offre de leur mix énergétique sur le moyen et long terme.

 

A cet égard, EDA se lance à la course de la production d’électricité à travers les Énergies Renouvelables pour s’aligner à l’Efficacité Énergétique.  

EDA cherche à accroître sa production d'électricité à partir de technologies et des ressources qui respectent l'environnement. Les ressources d’énergies renouvelables comme l'énergie solaire, éolienne et hydraulique ont le potentiel de diversifier le mélange de production d'électricité d’Anjouan tout en réduisant des émissions de gaz à effet de serre.

 

EDA s’aligne avec plusieurs organismes internationales comme l’UE (l’Union Européenne) et la COI (Commission de l’Océan Indien), en particulier, pour ne citer que ceux la, avec le grand concours de la Directeur National des Énergies Renouvelables dirigée par le Point Focal National (PFN) de l`Autorité Nationale Désigné(AND), du Mécanisme du Développement propre(MDP) – PFN aux Programmes des Énergies Renouvelables et Efficacité Énergétique, P.E.R.E.E / COI ;  Direction Générale de l’Energie, des Mines et de l’Eau – Union des Comores, 

en vue de chercher des solutions, également  établir les conditions nécessaires pour :

• La mise en place d’un cadre réglementaire favorable pour l’investissement, le développement des énergies renouvelables ainsi que l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments et les appareils électroménagers du pays. 

• Mettre en œuvre et élaborer une stratégie locale axée sur le développement des ressources humaines ainsi que les institutions publiques et privées présents.

• Sensibiliser les citoyens et les inciter à l’utilisation des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique des bâtiments et les appareils électroménagers. 

• Améliorer la réglementation et l’environnement des affaires pour produire l’électricité à partir des énergies renouvelables et développer une banque de données quant aux ressources solaires et éoliennes. 

• Inciter les organismes gouvernementaux et les investisseurs privés régionaux et locaux à améliorer la capacité de conception d’ingénierie de construction et de gestion des systèmes électriques et d’énergies basées sur des ressources renouvelables.

• Etablir des normes sur l’efficacité énergétique pour toutes les catégories des bâtiments ainsi que sur les appareils électroménagers.

 

L’Union des Comores est doté d’un système hydrographique limité, à Anjouan et à Mohéli contrairement à la Grande Comores qui ne connaît ce  potentiel d’hydroélectricité. En effet, Anjouan et Mohéli sont dotées de ressources hydrauliques qui permettraient de satisfaire tous leurs besoins énergétiques, et à déclencher un développement économique soutenable, en utilisant exclusivement énergie hydroélectrique. Certaines régions de ces Iles peuvent devenir complètement indépendantes des produits pétroliers pour la production d’électricité et satisfaire la demande présente et à moyen terme uniquement grâce à cette énergie renouvelable et non polluant à un coût qui semble intéressant économiquement, sous réserve des conclusions d’études de préfaisabilité déjà réalisées. 

 

À Anjouan :

Le potentiel hydroélectrique d’Anjouan comprend : 

• Le site de Lingoni : La centrale existante n’utilise qu’une faible partie de la chute disponible sur la rivière Pomoni. On peut envisager la réutilisation du même barrage de prise et l’utilisation pleine de la chute, ce qui porterait la capacité du site à 1 600 kW. Alternativement, une réhabilitation minimale porterait la puissance installée à 240 kW. 

• Le site de Tatinga supérieure. La reconstruction de la centrale actuellement hors service porterait la capacité à 120 kW. [tatinga 1 :1250 KW]

• Le site de Tatinga inferieure (Marahani) non équipé actuellement. La capacité potentielle du site est de 250 kW. 

• L’aménagement de la totalité de la chute de Tatinga équipée partiellement avec une chute brute de 203 m et une capacité de 3 000 kW

 

Ouvrages de Référence : 
Cadre Réglementaire-Comores ER-EE_1 (1) Rapport final Nov 2015
Feuille de Route du secteur de l'Energie Comores. Rapport final 19 Fév 2016

 

Centrale Thermique de Trenani

View the embedded image gallery online at:
http://edaanjouan.com/index.php?id=8#sigFreeId502aa5d39c

Centrale Hydraulique de Lingoni

View the embedded image gallery online at:
http://edaanjouan.com/index.php?id=8#sigFreeId362b39ca2c